La menace croissante de la cybercriminalité

les menaces de la cybercriminalité

La nécessité de créer un modèle d’entreprise prêt pour le cyberespace est plus pertinente que jamais.

Étant donné que les dommages causés par la cybercriminalité devraient coûter au monde plus de 4 000 milliards d’euros d’ici 2021, les entreprises et les gouvernements du monde entier dépenseront plus de 850 milliards d’euros par an au cours des cinq prochaines années, de 2017 à 2021 (Cybersecurity Online, CSO, 2018). La cybercriminalité est également passée de la dixième à la quatrième place dans la liste des principales préoccupations des PDG en 2017 (PwC, 21st Annual Global CEO Survey 2018). Pour répondre à ces exigences croissantes du marché, la division Cybersécurité et cyberdéfense de Scutum se concentre sur le développement de solutions internes d’intelligence artificielle technologiquement avancées pour les PME en particulier, dans le cadre de la transition vers la numérisation et le passage de 80 % de la surveillance analogique au protocole Internet.

 

Réorienter les architectures de sécurité des périphériques et des périmètres vers les rôles et les données

 

Protéger sa propriété intellectuelle, ses données critiques et ses activités quotidiennes contre les cybermenaces est un impératif fondamental pour le gouvernement et pour les entreprises de toutes tailles. S’adapter aux nouvelles formes de cyberrisques nécessite une approche différente et flexible pour renforcer la résilience interne.
 

Si l’on examine les tendances clés telles que l’augmentation des activités en ligne, les opérations guidées par les données, l’interconnectivité des dispositifs (IdO – Internet des objets) combinée à des niveaux plus élevés de cybercriminalité en raison de son impunité et de son anonymat, la propagation des logiciels malveillants devient plus sophistiquée et plus difficile à détecter sans savoir-faire spécialisé.

 

Dans ce contexte, les organisations peuvent prendre les mesures suivantes pour assurer la protection et la stabilité de leurs opérations:

 

Faire évoluer l’infrastructure existante avec les normes de sécurité en vigueur (conformité, évolutivité, adaptation aux nouveaux risques et industrialisation);

 

Rationaliser les technologies utilisées dans l’ensemble de l’entreprise tout en progressant vers des niveaux de certification plus élevés en matière de sécurité, de continuité des activités et de résilience;

 

Être capable de fonctionner de manière sécurisée, permanente et réglementaire;

 

Disposer d’une infrastructure capable de relever les défis liés à l’accélération de la numérisation des services et à la mise en œuvre de la résilience nécessaire qui en résulte ;

 

Les initiatives ci-dessus sont recommandées pour anticiper les risques cybernétiques éventuels, mais il est également essentiel d’engager un soutien professionnel pour prévenir les cyberattaques qui peuvent avoir de graves conséquences sur les finances, la réputation, les données et les opérations des organisations.

Scutum group